suivre
samedi, 04 octobre 2014 00:00

Kidal : Un ‘’dominion’’ français au Mali

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La France de Bernard Kouchner n’a ni pardonné, ni oublié la double humiliation que le pays de Modibo Keïta et d’Amadou Toumani Touré lui a infligé au sortir de la colonisation et lors de l’invasion de la Libye par les troupes rebelles, appuyées par les forces françaises, américaines et britanniques.

 

kidal


Officiellement, pour des raisons de fête de tabaski, le 2ème round des discussions entre les représentants du gouvernement du Mali et des mouvements armés ont été suspendus, mais sur une note peu rassurante. Pour une nouvelle fois, les Maliens dans leur majorité sont inquiets de l’avenir unitaire de leur pays. La suspension est intervenue sur une exigence des rebelles. Ils réclament le fédéralisme comme préalable à toute discussion. Une revendication jugée maximaliste par les autres compatriotes qui ont battu le pavé à travers le pays en dénonçant les soutiens cachés des rebelles, aux dents de plus en plus pointilleuses. Le paradoxe est que dans ce jeu trouble, les rebelles ne se voient nullement en passe-droit. Or c’est le cas. Chacun des puissants lobbies français, suisses, néerlandais et même belges, qui les soutiennent ont bel et bien un calendrier particulier, mais pour des raisons de stratégie, ils mettent en veilleuse leur égo pour faire aboutir l’objectif commun : aider les rebelles, en majorité des jeunes qui rêvent d’escalader vite l’ascenseur, à casser le Mali pour s’accaparer de ses immenses ressources pétrolières et gazières, comme ce fut le cas au Soudan du Sud. La France rêve également de solder un vieux compte avec le Mali.

Au lendemain de notre indépendance, le président Modibo Keïta a non seulement exigé de la France de quitter de la base de Tessalit, mais étalé le tapis rouge aux indépendantistes algériens en leur permettant d’utiliser le septentrion de notre pays comme base arrière en cas d’offensive française contre leur position. Cette action lui est restée en travers de la gorge. Elle ne pouvait donc laisser une occasion en diamant lui filer entre les doigts. Il est donc évident que l’attachement de la France à l’unité de notre pays, n’est prononcé que du bout des lèvres. La réalité est toute autre. Le soutien d’un certain milieu suisse peut s’expliquer par le soutien ferme qu’ATT a apporté au guide libyen, Kadhafi, quand celui-ci livrait un combat à vie contre son opposition armée. Cette révolte est intervenue après l’humiliation qu’il a infligée aux Suisses à cause de son fils, Anibal Kadhafi. Avec le coaching jusque-là réussi des lobbies tapis dans l’ombre, les rebelles sont en train d’user de la ruse pour faire trainer les négociations autant qu’ils peuvent. Ainsi, ils mettraient à profit cette période pour démarcher les grandes familles influentes dans les différentes localités afin d’obtenir d’eux un ralliement sur leur position. Comme ça, au moment venu, ils exigeront le référendum. Comme cela a été le cas au Soudan, en Ethiopie et à Kamita et dans les anciennes Républiques fédérées de l’ex-Yougoslavie avec Bernard Kouchner, qui avait commencé à faire ses armes au Nigéria à la fin des années 60. Ce qu’on appelait à l’époque la guerre de Biafra.

« Si j’ai un conseil à donner aux autorités, je leur conseillerai de tout mettre en œuvre pour éviter le piège de trainer en longueur de journée les négociations. Le MNLA et ses soutiens occidentaux travaillent à cela. Car, au même moment où ils donnent l’impression de discuter avec les représentants du gouvernement, des activistes sont à l’œuvre sur le terrain pour mener à la fois un travail de sape en profondeur et en même temps de mobilisation des populations abusées à la base ». La confession émane d’un haut fonctionnaire de l’Etat, originaire de la région Gao. Selon lui, Mohamed Djéri Maïga peut continuer à raconter sa vie à qui veut le croire, mais la réalité est toute autre. Contrairement à ce qu’il disait sur les ondes de leur radio de propagande (la RFI), son camarade du MNLA, appréhendé par la gendarmerie nationale en début de semaine dans les faubourgs de Gao, a été pris la main dans le sac pour avoir été dénoncé par des gens qu’il a tenté de manipuler pour rallier la position du MNLA au motif que le Mali est désormais une histoire ancienne.

Le plan de recrutement et d’enrôlement du MNLA, éventré !

A coup sûr, il s’agit d’un plan intelligemment préparé avec l’assistance technique des conspirateurs suisses, néerlandais et français, tapis dans l’ombre. La méthode se veut à la fois dissuasive que persuasive, destinée à amener les populations locales à se réfugier entre les bras du MNLA comme dernier recours, faute de la protection de l’Etat du Mali. Comme diraient les psychologues « affame ton chien, il te suivra comme un agneau. »

Il faut rappeler que depuis les événements du 21 mai dernier, qui se sont soldés par la débâcle de notre armée face au MNLA « soutenu par des mains invisibles » de la France, la terreur s’est abattue sur la tête des populations des trois régions. Elles sont désormais confinées à rester à ne rien faire au risque de se faire tuer au moindre mouvement. Plus d’activités économiques. Toutes les foires hebdomadaires sont interrompues. Sans escorte, aucun mouvement n’est possible. Une équipe de tournage de l’ORTM, conduite par son directeur régional, Adama Djimdé, a été braquée et contrainte d’abandonner les clés du véhicule qui les transportait entre les mains de leurs ravisseurs. L’attaque a eu lieu à une soixantaine de kilomètres de Tombouctou. A l’instar de la capitale régionale, toutes les villes sont soumisses à cette rébellion, maquillée du vernis du banditisme et du djihadisme.

Cette méthode de harcèlement fait partie du plan. Il s’agit de créer un sentiment d’abandon dans la tête des populations et profiter de cette absence orchestrée de la puissance publique pour finalement obtenir la faveur des populations. Il n’y a pas une seule ville, où l’on ne peut parcourir dans un rayon de cinquante kilomètres, sans tomber dans une embuscade ou se faire arrêter par un jack-point installé par des éléments du MNLA pour prélever des taxes afin d’entretenir leur arsenal de guerre.

Il y a donc lieu d’envisager sérieusement les deux options : dialoguer sans écarter le règlement du conflit par les armes, au risque de se faire tirer dessus par les forces Barkhane. Parce que c’est grâce au soutien des français que le MNLA est non seulement retourné à Kidal, mais aussi cause de la misère aux troupes tchadiennes de la MINUSMA, jusqu’à les obliger à quitter la ville. Il n’est un secret pour personne au Mali et même ailleurs, que la France préparerait un génocide noir dans les trois régions du nord du Mali, exactement comme elle l’a fait au Rwanda avec l’opération turquoise et récemment en Centrafrique entre les musulmans et les chrétiens. Les raisons sont très simples à comprendre. Le nord du Mali est immensément riche en ressources minières (or, uranium, pétrole, gaz, calcaire, phosphate, manganèse, eau souterraine, etc.). Les deux dernières faisaient même l’objet d’exploitation. La recherche pétrolière était très avancée. Le Mali avait accordé des permis de recherche à plusieurs entreprises, dont l’algérienne SONETRAC et l’italienne ENI. Le Mali avait même paraphé des conventions d’exploration et d’exploitation. Depuis, le premier coup de feu, tous ces investisseurs ont plié leurs bagages.

Sources :

http://maliactu.net/mali-kidal-un-dominion-francais-au-mali/

Lu 2874 fois Dernière modification le jeudi, 16 octobre 2014 00:27

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.



Anti-spam: complete the taskJoomla CAPTCHA

Évènements

25
Mai
2017
Convention Annuelle d'AI

25 mai 2017 00:00 - 05 juin 2017 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)





30
Déc
2016
AI Guadeloupe celebre 50 ans de Kwanzaa

30 décembre 2016 18:00

(Enregistrer dans le calendrier)

Jardin d'Alexina





Online

Nous avons 153 invités et aucun membre en ligne

Login