suivre
dimanche, 24 janvier 2016 10:21

La théorie sociale noire du Dr Bobby Wright

Écrit par
Les éditions Afrocentricity International ont publié en 2015, la version française de “La personnalité raciale du psychopathe”.*
Bobby Eugène Wright (1934-1982) était un psychologue noir. Il fut enseignant, psychologue scolaire et directeur d’un centre de santé mentale à Chicago (Etats-Unis), chercheur, consultant, ainsi qu’expert en informatique. Son travail, comme celui de Frances Cress Welsing, qui est partie rejoindre les ancêtres il y a quelques jours, visait à libérer le peuple noir de son asservissement psychologique.
Rencontre avec la secrétaire générale d’Afrocentricity International France, Etombè, qui est aussi la co-traductrice de cet ouvrage.
Iterou Ogowè : Le titre de ce livre “La personnalité raciale du psychopathe” est assez inhabituel... Bobby Wright était un psychologue africain américain. Quel est le propos de ce livre ?
Secrétaire Général Etombè : Ce livre est une analyse profonde faite par le psychologue Bobby E. Wright sur la psyché de l’homme blanc et ses rapports avec l’homme noir. En effet B.E.R. nous expose l’ensemble des attitudes et comportements conscients ou inconscients de la personnalité de l’homme occidental face à l’homme kamit.
Cela se traduit par un comportement agressif, criminel, mêlé d’un sentiment de supériorité c’est à dire qu’il a tous les droits y compris celui de nous éduquer, de nous contrôler mentalement, physiquement, sur le plan économique et dans l’éducation de nos enfants.
Ainsi l’auteur nous donne les clés et des pistes de réflexion pour une meilleure compréhension du phénomène du racisme et de l’influence de ce fléau sur le comportement de la communauté kamite. Ceci pour mieux cerner la mentalité de l’Européen afin de mieux nous protéger. L’histoire ancienne et récente de l’humanité regorge de documents, de preuves et de récits qui attestent de la cruauté et du caractère prédateur de la civilisation occidentale dans ses interactions avec les peuples autochtones et précisément avec les Africains. L’esclavage et la colonisation sont une page effroyable de notre histoire commune qui nous rappelle inexorablement toute l’horreur et la barbarie organisées par l’Occident avec Kamita comme « terrain de jeu. Le « Menticide » est un terme inventé par l’auteur pour définir la destruction délibérée et systématique de l’esprit d’une communauté et en l’occurrence, du peuple kamit via une propagande bien orchestrée pour au final, programmer un génocide physique.
Voilà en quelques mots ce que Bobby Wright nous apprend dans son essai.
I.O : Les personnes qui se définissent comme "blanches" sont donc considérées par le Dr Wright, comme des psychopathes dans leur rapport avec les personnes d'ascendance africaine... Est-ce que ce constat n'est pas un peu trop caricatural?
S.G. Etombè : Selon le Dr Wright, le psychopathe est une personne atteinte de psychopathie, une maladie mentale. « L’individu est constamment en conflit avec les autres personnes ou avec les autres groupes. Il est incapable de faire l’expérience du sentiment de culpabilité ; il est complètement égoïste, insensible et cruel, tout en affichant une totale indifférence aux droits des autres » (p.6). Cette citation illustre bien l’attitude de l’homme occidental dans l’histoire humaine depuis les temps anciens, jusqu’à nos jours. Nous avons l’exemple récent de la Côte d’Ivoire. Le monde entier a assisté au lynchage et à l’arrestation du Président ivoirien Laurent Gbagbo, avec l’aide de l’armée française, alors qu’il avait été élu démocratiquement par son peuple. Dans ce cas précis, une telle action signifie purement et simplement que les Kamits n’ont même pas le droit de choisir leurs présidents.
 
Etombè, traductrice et secrétaire générale d'Afrocentricity International France
Par ailleurs le comportement psychopathe se traduit aussi par le fait que l’homme blanc se sert des connaissances « scientifiques » comme de barrières pour justifier ses actes et pour se protéger. N’oublions pas de souligner ici que le psychopathe opère à l’intérieur d’un système de domination érigé en modèle universel, protégé par des lois structurées et établies minutieusement. On le voit clairement de nos jours à travers cet Occident qui est devenu le gendarme du monde. Nous nous laissons berner par tous ces concepts scientifiques tels que la démocratie, le progrès, le marxisme, le socialisme pour ne citer que ceux-là.
Ne nous méprenons pas, ce n’est qu’une façade, un piège dans lequel nous nous laissons prendre, éblouis que nous sommes et inconscients, car nous évoluons sans le réaliser pour la plupart d’entre nous, dans un espace que nous ne maîtrisons toujours pas depuis bien trop longtemps. Bobby Wright nous apprend aussi que les Noirs font fausse route lorsqu’ils commencent à expliquer ou à essayer de comprendre le comportement des Noirs en utilisant des définitions ou des explications fondées sur une vision du monde blanche. C’est dans cette même dynamique que le psychopathe parlera par exemple du libre arbitre, en ce sens que les gens ont toujours le choix. Mais le fait est que ce libre arbitre peut-être dangereux pour le kamit, car dans bien des cas, il finit par aboutir à des comportements négatifs et individualistes. Ceci pour dire que Bobby Wright n’exagère pas en parlant de psychopathe dans ce cas précis
I.O : Si les Européens sont vraiment des psychopathes dans leur rapport avec nous, il faut s'inquiéter sur notre propre santé mentale, puisque nous sommes éduqués par eux depuis plusieurs générations...
S.G. Etombè : « Seul un fou laisserait son enfant se faire éduquer par son ennemi ». Je cite notre ancêtre Malcolm X. Et C’est malheureusement ce qui s’est produit sur plusieurs générations jusqu’à ce jour. Le Dr Molefi Kete Asante lors d’une conférence internationale tenue en Malaisie en 2011 sur le thème « Decolonising Universities », Décoloniser les universités, avait souligné le constat selon lequel, en Afrique, il n’existe pas d’université africaine, Il n’y a que des répliques d’universités occidentales. L’enseignement qui est dispensé dans ces universités est un endoctrinement que sert à glorifier l’histoire et la pensée européenne et à faire la promotion de la suprématie blanche, au détriment de l’histoire et des valeurs kamites. Bobby Wright nous l’explique bien dans un passage de son essai lorsqu’il nous met en garde sur le fait que « Les Noirs continuent d’ignorer la vérité irréfutable qui révèle que dans un système social raciste, toutes les institutions refléteront, protégeront et soutiendront les valeurs intrinsèques au racisme » (p42).
Comment pouvons-nous espérer avoir une éducation saine dans un système éducatif qui ne valorise pas notre culture, notre histoire et en définitive l’estime de soi ? Une telle situation entraîne indéniablement une perte de repères et des comportements étranges de la part de nos frères et sœurs. Effectivement, nous devons sérieusement nous inquiéter pour notre santé mentale.
I.O : Soeur Etombè, malgré tout cela, demeurez-vous optimiste pour l'avenir de notre communauté et celui de nos enfants ?
S.G. Etombè : Nous devons être optimistes malgré tout, pour les générations futures, pour notre autodétermination et pour la libération totale de nos esprits, en donnant l’exemple et en faisant preuve de créativité dans nos engagements car nos enfants nous observent. Ils pourront ainsi prendre le relais tout naturellement. Je n’ai pas été éduquée dans un environnement propice au militantisme. Je me suis engagée par la force des choses car j’ai fait des rencontres qui m’ont fait prendre conscience de la situation de notre communauté partout dans le monde. Cette conscience à pris forme progressivement, au fil du temps pour devenir un engagement et une détermination sans équivoque.
 
Livre en vente (12 euros) chez Soul Brother, au 4 rue des Prêcheurs, Métro Chatelet les Halles, Paris.
I.O. : Le Homeschooling aux Etats-Unis est à la fois un symptôme et une solution. Pouvez-vous nous dire quelques mots à ce sujet ?
S.G. Etombè : Le terme Homeschooling signifie l’école à la maison, c’est lorsque les parents se chargent de l’enseignement de leurs enfants à domicile. Ce phénomène a vu le jour dans un premier temps, dans la communauté blanche américaine durant la période de déségrégation aux Etats-Unis en 1954, lorsqu’une bonne partie de la communauté blanche partait vivre dans le sud des Etats-Unis car cette dernière ne souhaitait pas que ses enfants fréquentent les mêmes écoles que des enfants noirs. Elle avait bien d’autres raisons mais c’était l’une des raisons principales. Parallèlement un grand nombre de professeurs noirs furent licenciés car certaines familles blanches ne souhaitaient pas que leurs enfants soient enseignés par des professeurs noirs. Par ailleurs les familles blanches contestaient les diplômes et les compétences des professeurs noirs. Finalement, le système éducatif américain s’est ainsi retrouvé avec 85% des professeurs blancs parmi lesquels certains, si ce n’est une bonne partie de ces professeurs pouvaient avoir des attitudes et des stéréotypes racistes dans les salles de classe.
D’autre part, la norme c’était le blanc et ce n’était pas négociable au risque de passer pour un élève ou un étudiant qui a un problème. Ainsi le racisme des professeurs blancs est l’une des raisons pour lesquelles les Noirs ont fait le choix du homeschooling. Il y avait bien sûr le problème des classes pléthoriques, des professeurs sous qualifiés et du faible niveau de formation universitaire, de l’insécurité, etc...
Nous devons faire une distinction entre l’éducation d’un enfant et sa scolarisation (formation) en ce sens que l’éducation permet la transmission des valeurs sociales et culturelles pour le développement et l’épanouissement de l’enfant. A l’inverse, la scolarisation c’est la transmission des valeurs pour renforcer le status quo, elle opère comme un mécanisme, un instrument de contrôle social (Dr Ama Mazama). Le Dr Ama Mazama nous l’explique bien lors d’une présentation faite au MKA Institute « l’Institut Molefi Kete Asante » aux Etats-Unis, « Homeschooling as a viable option for African American children ». (L’école à la maison une véritable alternative pour les enfants africains américains). Ainsi, l’enfant blanc sera « éduqué » et l’enfant noir sera « dressé », endoctriné, pour paraphraser l’auteur.
Si effectivement nous voulons sauver nos enfants de cet endoctrinement programmé par un enseignement qui les détruit mentalement, le Homeschooling peut être une alternative qui permettra de rectifier le tir. Actuellement, de plus en plus de parents américains choisissent cette option. En France, le mouvement n’est pas encore très connu mais la communauté kamite commence à y réfléchir sérieusement. Il faut se donner les moyens et avoir les outils nécessaires pour réaliser une telle institution. L’idée va certainement faire son chemin.
 
Bobby Eugène Wright (1934-1982)
I.O. : En quoi l'œuvre de Bobby Wright a t'elle était révolutionnaire ? Est-il le seul professionnel de santé à avoir abordé cette grave question des causes et des conséquences du racisme institutionnel ?
S.G. Etombè : L’œuvre de Bobby Wright a été révolutionnaire à cette époque car ses pairs psychologues et professionnels de santé étaient plutôt occupés à étudier ce qui n’allait pas chez les Noirs, mis à part certains scientifiques comme la psychiatre et regrettée Frances Cress Welsing qui est décédée ce samedi 2 janvier 2016, paix à son âme. Véritable génie prolifique, dans son ouvrage « The Isis Papers », publié en 1991, le Dr Welsing développe une analyse et une explication méthodologique courageuses et approfondies des symboles, du système et des mécanismes de fonctionnement qui sous-tendent le phénomène du racisme et de la suprématie blanche. En effet le Dr Welsing a dédié sa vie entière à la recherche d’une explication à cette animosité intrinsèque entretenue par la majorité des Européens vis-à-vis des Noirs. Bobby Wright a emboité le pas à son aînée et s’est autorisé à problématiser l’homme blanc dans son comportement avec l’homme noir.
Par ailleurs l’originalité de l’œuvre de Wright s’inscrit dans cette dynamique de la libération du peuple kamit par la création d’une « Théorie Sociale Noire ». Ce projet va dans le sens de l’afrocentricité. C’est la seule issue pour « la libération des esprits de nos enfants » car ils auront la possibilité d’étudier leur histoire, de s’affirmer en tant que kamits conscients de leur patrimoine culturel ancestral afin de devenir au final, des acteurs à part entière et opérer les changements et les transformations radicales nécessaires au projet de la renaissance africaine.
Références
Asante, M.K. (2011). [Conférence Decolonising Universities]. Visible sur internethttps://www.youtube.com/watch?v=S8g...
Asante, K.M. (2013). [Vidéo Dr Molefi Kete Asante on Afrocentricity]. Visible sur internet https://www.youtube.com/watch?v=Wyv...
Mazama, A. (2013). [Vidéo Homeschooling as a Viable option for African American Children]. Visible sur internet https://www.youtube.com/watch?v=MTH...
Welsing, F.C. (1991). The Isis Papers. Chicago: Third World Press.
Wright, B.E. (1984). The Psychopathic Racial Personnality: Chicago: Third World Press. Traduction Etombè, Iterou, O. (2014). La personnalité raciale du psychopathe. Philadelphia : Afrocentricity International.
*La Personnalité raciale du psychopathe, Bobby Eugène Wright, livre en vente chez Soul Brother , 4 rue des Prêcheurs, Métro Chatelet Les Halles, 75001 Paris. Prix 12 euros.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lu 3074 fois Dernière modification le dimanche, 31 janvier 2016 15:36

Évènements

25
Mai
2017
Convention Annuelle d'AI

25 mai 2017 00:00 - 05 juin 2017 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)





30
Déc
2016
AI Guadeloupe celebre 50 ans de Kwanzaa

30 décembre 2016 18:00

(Enregistrer dans le calendrier)

Jardin d'Alexina





Online

Nous avons 118 invités et aucun membre en ligne

Login