follow
Dr. Ama Mazama, Per-aat

A Common but False Perspective

According to a widely shared belief, Africans are disappearing at a fast pace, and soon, Africa may very well be completely depopulated. “In one hundred years,” a friend of mine proclaimed authoritatively not too long ago, “There will be nobody left in Africa.” That such a demoralizing narrative should have become widespread is not really surprising since it is continuously reinforced by Western media always eager to show images of troubled Africans dying and starving. AFRICA IS A LARGE, POPULOUS CONTINENT AND WE ARE BOMBARDED WITH THE ICONS OF DISASTER FROM CENTRAL AFRICAN REPUBLIC TO LIBERIA, FROM GUINEA TO ERITREA, AS IF THE ENTIRE CONTINENT AND ALL OF THE PEOPLE ARE IN THE AGONY OF DEATH. Indeed, whether it is ravages allegedly caused by AIDS, famines or wars, the future, we are thus led to believe, looks quite bleak for Africans on the continent. (Of course, we are never told where AIDS or the weapons used by Africans to kill one another came from).

Yet, such a narrative does not survive even a cursory review of the latest reports on African demographic trends, such as the 2015 United Nations Report on World Population Prospects. In fact, contrary to what is widely proclaimed and believed, it is clear that far from dying, African people are reproducing at a faster rate than most other people. The current African fertility rate is quite high, with 4.9 children per woman, compared to a world average of 2.5 children per woman. In addition, since the African population is quite young, with 70% being under the age of 19, there is an inbuilt momentum for population growth. Moreover, not only are large numbers of African babies being born every day, but life expectancy has also increased significantly (by 6 years in the 2000s) in Africa as well, which means that Africans live longer lives. The current African population is about 1.2 billion and is expected to reach 2 billion in the next 20 years or so. According to the United Nations Report, “Africa continues to experience very high rates of population growth. Between 2015 and 2050, the populations of 28 African countries are projected to more than double. By 2100, ten African countries are projected to increase by at least five-fold: Angola, Burundi, Democratic Republic of Congo, Malawi, Mali, Niger, Somalia, Uganda, United Republic of Tanzania and Zambia.” As for Nigeria, it is expected to have the third largest population in the world by 2050: “Nigeria’s population, currently the seventh largest in the world, is growing the most rapidly. Consequently, the population of Nigeria is projected to surpass that of the United States by about 2050, at which point it would become the third largest country in the world.” NIGERIA HAS ALREADY SURPASSED THE POPULATION OF EVERY EUROPEAN NATION AS WELL AS RUSSIA. THIS WILL INCREASINGLY BECOME A POLITICAL ITEM OF DISCUSSION AMONG EUROPEANS AND AMERICANS.

Why, then, one is compelled to ask at this point, this spread of gloomy lies about the physical demise of Africans? With so many young men and women on the African continent, one may only imagine Africa, not as moribund, but as a vibrant place, full of life, ideas, projects, AND dreams to be realized –especially given the many natural endowments of Africa. One realizes, of course, that the construction of Africa as place of death continues to occupy a central place in the paradigm of Afro-pessimism in which Africa is supposedly a “lost, dark continent,” from which Europeans have tried to rescue the “natives,” through enslavement and colonization, and today, through “globalization.” The objective is, among others, to make Africans lose hope in themselves, and continue to look to Europe for salvation while Europe continues to plunder Africa.

European Populations are in Decline

However, for an African person to continue to look to Europe for salvation would entail serious problems, not the least of them being the serious demographic decline of Europeans themselves. Indeed, the same United Nations Report informs us “Fertility in all (my emphasis) European countries is now below the level required for full replacement of the population in the long run (around 2.1 children per woman, on average), and in the majority of cases, fertility has been below the replacement level for several decades.” Women in Europe have on average 1.59 children. Consequently, and to make matters worse, Europe also has the oldest population in the world: “Europe today has the oldest population, with a median age of 42 years in 2015, which is expected to reach 46 years in 2050 and then 47 years in 2100.” In comparison, the median age in Africa is 19. Migration, the United Nations Report also informs us, will not be able to compensate excess deaths in Europe whose population is therefore expected to shrink by 32 million by 2050, decreasing from 758 million to 726 million.  The precariousness of white demographics appears even more fully when one remembers that the loss of population in Europe would actually be far worse if it were not for the relatively prolific immigrants of color living on that continent. YET WE KNOW FROM CURRENT REPORTS IN THE PRESS THAT EUROPEANS ARE INCREASINGLY RESISTANT TO TAKING IN MANY MORE IMMIGRANTS OF COLOR. THEY FEAR THE CHANGE IN THE NATURE OF THEIR NATIONAL IDENTITY. HOWEVER, IT APPEARS THAT THERE IS LITTLE OPTIMISM THAT THESE COUNTRIES WILL BE ABLE TO GENERATE THE POPULATIONS THEY NEED TO REMAIN VIBRANT.  Take England, for example, where white women have on average 1.7 children, while on average foreign women of color bear 2.5 children. In addition, about 69 people (mostly of color) enter the UK every hour, while on the other hand; whites are leaving the UK in unprecedented numbers, moving primarily to Australia or the U.S. In a poignant plea for white genetic and cultural survival, the white nationalist Arthur Kempf, in his book Third World Invasion: How Third World Immigration is Destroying the First World -- And What Must Be Done to Stop It (2015),deplores the fact that white students are already a minority in schools in London while whites are expected to become a numerical minority in the whole of England within three generations. According to Kempf, France also offers a disturbing picture, with at least 20% of the population being of foreign origin. Those foreigners, Kempf emphasizes, have very high reproduction rates, and have trebled their numbers in less than twenty years. In Marseilles, which holds a special place in French history and culture since it was the very first French city to come into existence, the situation is particularly preoccupying for whites, with 42% of those under the age of 18 being foreigners – mostly of Arab, North and West African origin. As a result,whites will become a minority in Marseilles within the next fifteen years or so. Of course, as foreigners move into France, England, and other parts of Europe, they do not simply bring their physical selves but also their culture. Thus, a grand mosque is being built in Marseilles as we write, which will have the capacity to house no less than 7,000 worshippers of the Arab god, Allah. The whole project is expected to cost $28 million. Attempts by a group of white citizens to prevent the erection of the Mosque failed in court (Kempf, 2008, p. 51).  

Whites have also lost considerable demographic ground, and will continue to do so, in the United States as well. In effect, the white population has declined by 24% in 50 years, decreasing from 88% of total population in 1960 to 64% in 2010. For the first time, according to the 2010 Census, babies of color outnumbered white babies under the age of two, and white children will become an absolute minority by 2020, that is, in only a few years from now. Moreover, according to figures released by the US Census Bureau in June 2015,white people are dying faster than they are being born, and are thus expected to become a numerical minority in the US in the next 30 years (Kempf, 2008, pp. 101-102). Five states (California, Texas, Hawaii, New Mexico, and Nevada), as well as the District of Columbia already have a majority population of color.

What thus emerges is a similar demographic scenario in the “white” world characterized by low fertility rates due to cultural preferences (e. g., individualism, materialism); anti-life attitudes; as well as physiological impairment, most specifically decreasing sperm counts. According to a study of semen quality performed in Western countries between 1938 and 1990, for example, the sperm counts of European men has decreased by 50% over 50 years! And there is no reason to believe that it has not continued to decrease since 1990. In fact, a more recent study of semen quality conducted in France between 1989 and 2005 suggests just that, with a loss of one-third of sperm. Possible causes for such a development include stress, environmental chemicals (e.g., pesticides, plastics); an unhealthy diet (highly processed foods, loaded with sugar, hormones, antibiotics, trans-fat, dies, and fake salt, and more recently, GMOs), as well as cellular telephones.

While one would never suspect, based on the information conveyed by Western media, the dire situation in which Europeans find themselves (by their own doing), Kempf laments with good reason that “If the demographic processes outlined in this book continue unabated, then the very existence of all European people is in grave danger.” (Kempf, 2008, p. 143). What he suggests to ensure white survival is no less than separation, in the form of what he calls an “ethnostate,” a “European homeland” similar to Israel for the Jews. Europeans would withdraw there and protect themselves the best they can from foreign encroachment, all in the hope of protecting their white genes and culture. Needless to say that this is already a lost battle for sooner or later Europeans will end up vanishing due to very low reproduction rates – even more rapidly if they are left on their own.

Strategic Responses to European Population Decline

White elites have been aware of this danger for quite a long time. They have met behind doors, and probably continue to do so in order to find solutions to their self-inflicted predicament. As early as 1929, the famous American Philosopher of Science, Bertrand Russell would declare that "It cannot be expected that the most powerful military nations will sit still while other nations reverse the balance of power by mere breeding." To be honest, Kempf’s recommendation of the creation of a separate European state is on the gentle side since the author does not recommend exterminating us. Other recommendations, however, have been far less benign, as it was revealed, for example, when NSSM 200 was declassified in 1990.  The National Security Study Memorandum 200, also called The Kissinger Report, defined the official US policy toward the so-called “over-population” problem, that is, the rapid growth of babies of color around the world. Several agencies, such the CIA, the United States Agency for International Development (USAID), as well as the Departments of State, Defense and Agriculture were involved in drafting US policy toward people of color. In a nutshell, it was resolved that the US should take swift measures to prevent or curtail the demographic expansion of people of color since such expansion would interfere with US access to natural resources around the world. In Kissinger’s own terms, "(…) the U.S. economy will require large and increasing amounts of minerals from abroad; especially from less developed countries. That fact gives the U.S. enhanced interest in the political, economic, and social stability of the supplying countries. Wherever a lessening of population pressures through reduced birth rates can increase the prospects for such stability, population policy becomes relevant to resource supplies and to the economic interests of the United States.“ The implementation of population control programs was thus a high priority, with a push for the legalization of abortion worldwide; financial rewards for nations to augment and maintain their abortion, sterilization and contraception-use rates; the brainwashing of children of color; paying women of color to have abortions; or simply demanding population control in exchange for food relief during a disaster. NSSM 200 also emphasized that US policy should not be carried openly by the US government in order to avoid charges of, and resistance to foreign imperialism, but instead should be implemented by US-controlled agencies and NGOs. Therefore, one should not be surprised that in 1986, for example, the World Bank announced that, as far as Africa was concerned, its top priority was the reduction of the African population. Any loan from the World Bank would automatically include a commitment to population reduction on the part of the borrowing African country. Also, the Population Council, an agency created in 1952 by John Rockefeller III, and heavily involved in population reduction schemes around the world, has also received generous support from the US government, such as a $2 million grant to curtail the fertility of “poor” women in the United States in 1969.

Crafting a Logic for the Masses to Believe

Finally, in any case, NSSM 200 insisted that population control programs should always be presented as altruistic, that is, as having the interest of the people of people of color at heart, for example, the defense of people’s “right” to not have children, or only a few, of women’s “rights,” or facilitating “development,” since it was said and repeated that a large population hinders “development,” with Europe and America being held as success stories and models to emulate.

This hypocritical rhetoric can only mask with great difficulty the racism inherent in population reduction programs. For one thing, while encouraging if not forcing nations around the world to reduce their population, all European nations on the other hand have taken measures to increase their own white population. Germany, for instance, created a special population bureau whose goal is to facilitate the birth of 200,000 additional German babies every year. As for Russia, it created in 2006 “Procreation Day” in an attempt to reverse its dangerously low birth rate. Every couple who manages to produce a child on September 12 receives gifts and congratulations. Tracing the genealogy of the population control paradigm automatically leads one to thinkers or bodies of thought such as Malthus, Darwin, Spencer and Social Darwinism, and Galton, the father of Eugenics. As an illustration of the true orientation of these European thinkers about people of color, let us observe that the complete title of Darwin (1809-1882)’s most famous work, often abbreviated to The Origin of Species, was The Origin of Species by Means of Natural Selection or the Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life. In that book, Darwin (1874: 178) declared the following: “At some future period, not very distant as measured by centuries, the civilized races of man will almost certainly exterminate (my emphasis), and replace, the savage races throughout the world." Of course, history is proving Darwin wrong, unless maybe whites are understood as the real savages …

In addition to the push for abortions and contraceptives, two salient strategies employed by Europeans to curtail the growth of people with melanin must be mentioned. The first one is the imprisonment of young people of color in white-dominated countries, thus preventing them from reproducing as much or at all. This is the case in the United States, where no less than 745,000 black men are locked up. In France as well, “Muslims” make up 70% of the prison population. The second strategy is the use of bioweapons, that is, the use of viruses and bacteria to kill or incapacitate people of color. Examples of such bioweapons would include the “mysterious” HIV virus, Ebola, Chikungunya, and maybe the more recent Zika? Reports of diverse vaccines generously distributed around the world and loaded with sterilizing agents have also surfaced. The latest and most sophisticated bioweapons, though, have now taken the form of genetically engineered food injected with spermicides. In 2001, a US company, Epicyte, announced a breakthrough invention: contraceptive corn, loaded with anti-sperm antibodies taken from sterile women. Epicyte presented this invention as its contribution to solving the world’s “over-population problem,” a mere euphemism for the elimination of people of color.

As we conclude, we are reminded of Marcus Garvey’s accurate statement that, "We of the Negro race are suffering more than any other race in the world from propaganda – Propaganda to destroy our hopes, our ambitions and our confidence in self."  Educating ourselves about developments in the world, especially of a demographic nature, will go a long way in preventing us from falling victims of anti-African propaganda and white bluff. Far from gloomy and desperate, the future looks quite bright for African people. Indeed, despite the many continuous and savage assaults against us, we are still around and thriving. Furthermore, there is ample evidence that the young people of Africa will not be as gullible as their parents, and that the wind of African Renaissance has started blowing over our beloved Continent. Vigilance, however, is a must given that, as time passes, Europeans will become more and more desperate, and susceptible to commit greater crimes against us.

References:

Kemp, Arthur. (2008) 2015. The Immigration Invasion: How the Third World is Destroying the First World and What to Do to Stop it. Ostara Publications.

United Nations World Population Prospects, 2015.

http://www.un.org/en/development/desa/publications/world-population-prospects-2015-revision.html

Une Idée Courante mais Néanmoins Fausse

Selon une croyance largement partagée, les Africains disparaissent à un rythme rapide, et bientôt, l'Afrique pourrait très bien être complètement dépeuplée. "En cent ans", une de mes amies proclamait avec autorité il n'y a pas si longtemps, "il n'y aura plus personne en Afrique". Qu’un tel discours démoralisant se répande n'est pas vraiment surprenant puisqu'il est continuellement renforcé par les médias occidentaux toujours désireux de montrer des images d'Africains en difficulté, affamés, et mourant de faim. L'AFRIQUE EST UN GRAND CONTINENT ET NOUS SOMMES BOMBARDÉS PAR DES IMAGES DE CATASTROPHES, DE LA RÉPUBLIQUE CENTRALE AFRICAINE AU LIBÉRIA, DE LA GUINÉE À L’ERITREE, COMME SI LE CONTINENT TOUT ENTIER, ET TOUS CEUX ET TOUTES CELLES QUI Y VIVENT SONT A L’AGONIE. En effet, qu'il s'agisse de ravages prétendument causés par le sida, les famines ou les guerres, l'avenir, nous sommes ainsi amenés à le croire, semble assez sombre pour les Africains sur le continent. (Bien sûr, on ne nous dit jamais d’où viennent le SIDA ou les armes utilisées par les Africains pour se tuer les uns les autres).

Pourtant, un tel discours pessimiste ne survit pas à une lecture approfondie, ou même sommaire, des derniers rapports sur les tendances démographiques africaines, tels que le rapport des Nations Unies de 2015 sur les perspectives mondiales de la population. En fait, contrairement à ce qui est largement proclamé et cru, il est clair que, loin de mourir, les Africains se reproduisent à un rythme plus rapide que la plupart des autres. Le taux de fécondité africain actuel est assez élevé, avec 4,9 enfants par femme, par rapport à une moyenne mondiale de 2,5 enfants par femme. En outre, étant donné que la population africaine est très jeune, avec 70% de moins de 19 ans, il existe une dynamique intrinsèque pour une forte croissance démographique. En outre, non seulement un grand nombre de bébés africains naissent tous les jours, mais l'espérance de vie a également augmenté de manière significative (de 6 ans dans les années 2000) en Afrique, ce qui signifie que les Africains vivent plus longtemps. La population africaine actuelle est d'environ 1,2 milliard et devrait atteindre 2 milliards au cours des 20 prochaines années environ. Selon le rapport des Nations Unies, "L'Afrique continue de connaître des taux très élevés de croissance démographique. Entre 2015 et 2050, les populations de 28 pays africains devraient avoir plus que doubler. En 2100, la population de dix pays africains devraient se multiplier au moins par cinq: l'Angola, le Burundi, la République Démocratique du Congo, le Malawi, le Mali, le Niger, la Somalie, l'Ouganda, la République-Unie de Tanzanie et la Zambie. "En ce qui concerne le Nigeria, ce devrait avoir la troisième plus grande population au monde d'ici 2050: "La population du Nigéria, actuellement la septième plus grande au monde, augmente le plus rapidement. Par conséquent, on s'attend à ce que la population du Nigeria dépasse celle des États-Unis vers 2050, auquel cas elle deviendrait le troisième pays le plus peuplé au  monde. LE NIGERIA A DÉPASSÉ LA POPULATION DE N’IMPORTE QUELLE NATION EUROPEENNE AINSI QUE CELLE DE LA RUSSIE. CETTE SITUATION FERA L’OBJET DE PLUS EN PLUS DE DISCUSSIONS ENTRE LES EUROPEENS ET LES AMERICAINS.

On est donc obligé de se demander à ce stade pourquoi cette propagation de mensonges sur la disparition physique des Africains? Avec tant de jeunes hommes et de jeunes femmes sur le continent africain, on peut seulement imaginer l'Afrique, non pas comme étant moribonde, mais comme un lieu dynamique, plein de vie, d'idées, de projets, et de rêves à réaliser, compte tenu en particulier des nombreux atouts naturels de l'Afrique. On se rend compte, bien sûr, que la construction de l'Afrique comme un lieu de mort continue d'occuper une place centrale dans le paradigme de l'afro-pessimisme selon lequel l'Afrique est censée être un «continent perdu, chaotique», dont les Européens ont essayé de sauver les " Natifs ,” par l'asservissement et la colonisation, et aujourd'hui, par la «mondialisation.» L'objectif est, entre autres, de faire perdre espoir les Africains en eux-mêmes et de continuer à regarder l'Europe comme une terre de salut alors que l'Europe continue de piller l'Afrique.

Le Déclin Avancé des Populations Européennes

Mais qu’un Africain ou une Africaine continue à se tourner vers l'Europe pour son salut, implique de sérieux problèmes, à commencer par le sérieux déclin démographique des Européens eux-mêmes. En effet, ce même rapport des Nations Unies  nous informe que "La fécondité de tous les pays européens est maintenant inférieure au niveau requis pour le remplacement intégral de la population à long terme (environ 2,1 enfants par femme, en moyenne) et dans la majorité Des cas, la fécondité a été inférieure au niveau de remplacement depuis plusieurs décennies déjà." Les femmes en Europe ont en moyenne 1,59 enfants. En outre, et pour aggraver les choses, l'Europe a également la population la plus âgée au monde: "L'Europe a aujourd'hui la population la plus âgée, avec une moyenne de 42 ans en 2015, qui devrait atteindre 46 ans en 2050, puis 47 ans 2100." En comparaison, l'âge médian en Afrique est de 19. Migration, le Rapport des Nations Unies nous informe également, ne sera pas en mesure de compenser les décès en Europe dont la population devrait donc diminuer de 32 millions d'ici 2050, en passant de 758 Millions à 726 millions. La précarité de la démographie blanche apparaît encore plus complètement lorsque l'on se souvient que la perte de population en Europe serait bien pire si il n’y avait pas des immigrants de couleur relativement prolifiques vivant sur ce continent. ET POURTANT, NOUS SAVONS, EN LISANT ET REGARDANT LES RAPPORTS DE LA PRESSE, QUE LES EUROPEENS RÉSISTENT FORTMENT A LA VENUE D’ETRANGERS DE COULEUR. ILS CRAIGNENT LE CHANGEMENT DE LA NATURE DE LEUR IDENTITÉ NATIONALE. TOUTEFOIS, IL APPARAIT CLAIREMENT QUE CES PAYS SONT INCAPABLES DE GENERER PAR EUX-MEMES LA POPULATION DONT ILS ONT BESOIN POUR RESTER EN VIE. Prenons l'Angleterre, par exemple, où les femmes blanches ont en moyenne 1,7 enfant, tandis qu'en moyenne, les femmes étrangères de couleur ont 2,5 enfants. En outre, environ 69 personnes (principalement de couleur) entrent au Royaume-Uni toutes les heures, tandis que les blancs quittent le Royaume-Uni en un nombre sans précédent, en se allant principalement vers l'Australie ou les États-Unis. Dans un plaidoyer émouvant pour la survie génétique et culturelle blanche, le nationaliste blanc Arthur Kemp, dans son livre L’Invasion par le Tiers-Monde: Comment l'immigration du tiers monde détruit le premier monde Et ce qu'il faut faire pour l'arrêter (2015), déplore que les étudiants blancs soient déjà minoritaires dans les écoles de Londres et que les blancs devraient devenir une minorité numérique dans toute l'Angleterre dans trois générations. Selon Kemp, la France offre également une image inquiétante, avec au moins 20% de la population d'origine étrangère. Ces étrangers, souligne Kemp, ont des taux de reproduction très élevés et ont triplé leur nombre en moins de vingt ans. À Marseille, qui occupe une place particulière dans l'histoire et la culture de la France, étant donné que c'était la toute première ville française, la situation préoccupe particulièrement les blancs, puisque 42% des étrangers (principalement des Arabes et des Africains d’Afrique de l’Ouest) y sont âgés de moins de 18 ans. En conséquence, les blancs deviendront une minorité à Marseille dans les quinze prochaines années environ. Bien sûr, alors que les étrangers s'installent en France, en Angleterre et dans d'autres parties d'Europe, ils ne se contentent pas d'apporter leur presence physique mais aussi leur culture. Ainsi, une grande mosquée se construit à Marseille au moment mêeme où nous écrivons cet article, qui aura la capacité de loger pas moins de 7,000 adorateurs du dieu arabe, Allah. L'ensemble du projet devrait coûter 28 millions de dollars. Les tentatives d'un groupe de citoyens blancs pour empêcher l'érection de la mosquée ont échoué devant les tribunaux (Kemp, 2015, page 51).

Les blancs ont également cédé du terrain sur le plan démographique et cela continuera, aux États-Unis aussi. En effet, la population blanche a diminué de 24% en 50 ans, passant de 88% de la population totale en 1960 à 64% en 2010. Pour la première fois, selon le recensement de 2010, les bébés de couleur dépassaient les bébés blancs ages de moins de deux ans, et les enfants blancs deviendront une minorité absolue d'ici 2020, c'est-à-dire dans quelques années seulement. De plus, selon les chiffres publiés par le Bureau du recensement des États-Unis en juin 2015, les Blancs sont en train de mourir plus vite qu'ils ne naissent, et devraient donc devenir une minorité numérique aux États-Unis au cours des 30 prochaines années (Kemp, 2015, pp. 101-102). Cinq États (Californie, Texas, Hawaï, Nouveau-Mexique et Nevada), ainsi que le District de Columbia ont déjà une population majoritaire de couleur.

Ce qui apparaît ainsi est donc un scénario démographique similaire dans le monde «blanc» caractérisé par de faibles taux de fécondité en raison des préférences culturelles (par exemple, individualisme, matérialisme); d’attitudes anti-vie; ainsi que des troubles physiologiques, en particulier la diminution considerable du nombre de spermatozoïdes. Selon une étude sur la qualité du sperme réalisée dans les pays occidentaux entre 1938 et 1990, par exemple, le nombre de spermatozoïdes des hommes européens a diminué de 50% en 50 ans! Et il n'y a aucune raison de croire qu'elle n'a pas continué de diminuer depuis 1990. En fait, une étude plus récente de la qualité du sperme réalisée en France entre 1989 et 2005 suggère cela, avec une perte d'un tiers des spermatozoïdes. Les causes possibles d'un tel développement comprennent le stress, les produits chimiques environnementaux (par exemple, les pesticides, les plastiques); un régime malsain (aliments hautement transformés, chargés de sucre, d'hormones, d'antibiotiques, de graisses malsaines, et plus récemment, d'OGM), ainsi que de téléphones cellulaires.

Bien que l'on ne puisse jamais soupçonner, sur la base de l'information véhiculée par les médias occidentaux, la situation désastreuse dans laquelle les Européens se retrouvent (de leurs propres faits), Kemp se lamente avec raison: «Si les processus démographiques décrits dans ce livre continuent sans relâche, l'existence même de tous les Européens est gravement menacée "(Kemp, 2015, p. 143). Ce qu'il suggère afin d'assurer la survie blanche n'est pas moins que la séparation, sous la forme de ce qu'il appelle un «ethnostate», une «patrie européenne» semblable à Israël pour les juifs. Les Européens se retireraient là-bas et se protégeraient du mieux qu'ils le pourraient contre  l'empiétement étranger, dans l'espoir de protéger leurs gènes blancs et leur culture. Inutile de dire que c'est déjà une bataille perdue, tôt ou tard, les Européens finiront par disparaître en raison de taux de reproduction très faibles – et encore plus rapidement s'ils sont laissés seuls, livrés à leur infertilité.

Réponses stratégiques au déclin de la population européenne

Les élites blanches sont conscientes de ce danger depuis longtemps. Ces blancs se sont rencontrés à huis clos, et continuent probablement à le faire afin de trouver des solutions à leur situation auto-infligée. Dès 1929, le célèbre Philosophe américain de la science, Bertrand Russell déclara: «On ne peut pas s'attendre à ce que les nations militaires les plus puissantes restent assises sans réagir alors que d'autres nations inversent l'équilibre des pouvoirs par la simple reproduction». En 1991, le célèbre ”explorateur” marin français, Jacques Cousteau, membre de l’Académie Française, suggérait quant à lui, qu’il était nécessaire d’éliminer … 350,000 personnes par jour afin de préserver la Planète Terre (un euphémisme pour désigner les blancs puisque la Terre est censée appartenir leur appartenir). Voici ce qu’il disait: “C’est une chose terrible à dire. La population mondiale doit être stabilisée et pour ce faire, nous devons éliminer 350,000 personnes par jour.” Que les Européens doivent mettre un terme à leur gaspillage éhonté et cessent de polluer la terre, l’eau et l’air n’effleura pas l’esprit de Cousteau qui préférait contempler une élimination massive.

Pour être honnête, la recommandation de Kemp pour la création d'un Etat européen distinct est soft puisque l'auteur ne recommande pas de nous exterminer. D'autres recommandations, cependant, ont été beaucoup moins bénignes, comme cela a été révélé, par exemple, lorsque NSSM 200 a été déclassifié en 1990. Le Mémorandum d'étude sur la sécurité nationale 200, également appelé The Kissinger Report, a défini la politique officielle des États-Unis à l'égard des soi-disant problèmes de «surpopulation,» c'est-à-dire la croissance rapide des bébés de couleur dans le monde entier. Plusieurs agences, telles que la CIA, l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), ainsi que les départements d'État, de défense et d'agriculture ont participé à la rédaction de la politique américaine à l'égard des personnes de couleur. En bref, il a été résolu que les États-Unis devraient prendre des mesures rapides pour prévenir ou réduire l'expansion démographique des personnes de couleur, car une telle expansion entraverait l'accès des États-Unis aux ressources naturelles du monde entier. Dans les termes propres à Kissinger, «(...) l'économie américaine exigera des quantités importantes et croissantes de minéraux de l'étranger, en particulier des pays moins développés. Ce fait donne aux États-Unis un intérêt accru pour la stabilité politique, économique et sociale des pays fournisseurs. Partout où une diminution des pressions de la population par la réduction des taux de natalité peut accroître les perspectives d'une telle stabilité, la politique de la population devient pertinente pour les ressources et les intérêts économiques des États-Unis." La mise en œuvre des programmes de contrôle de la population était donc une priorité élevée, faire pression pour la légalisation de l'avortement dans le monde entier, des récompenses financières pour les nations pour augmenter et maintenir leur taux d'avortement, de stérilisation et d'utilisation de la contraception, le lavage de cerveau des enfants de couleur, payer les femmes de couleur pour avoir des avortements ou tout simplement exiger le contrôle de la population en échange de nourriture lors d'une catastrophe. Le NSSM 200 a également souligné que la politique des États-Unis ne devrait pas être promulguée ouvertement par les Etats-Unis afin d'éviter les accusations et la résistance à l'impérialisme étranger, mais devrait plutôt être mise en œuvre par des organismes contrôlés par les États-Unis et des ONG. Par conséquent, il ne faut pas être surpris qu'en 1986, par exemple, la Banque mondiale a annoncé que, en ce qui concerne l'Afrique, sa principale priorité était la réduction de la population africaine. Tout prêt de la Banque mondiale inclura automatiquement un engagement à la réduction de la population de la part du pays africain emprunteur. En outre, le Conseil de la Population, une agence créée en 1952 par John Rockefeller III, et fortement impliquée dans les programmes de réduction de la population dans le monde, a également reçu un soutien généreux du gouvernement américain, comme une subvention de 2 millions de dollars pour réduire la fertilité des femmes “pauvres” (i.e., de couleur) aux États-Unis en 1969.

Mais il n’y pas que les Etats-Unis qui veillent à ce que nous ne venions pas sur terre ou n’y restions pas trop longtemps. Tout récemment, le Danemark, un pays affligé par une croissance démographique problématique, a ouvertement annoncé son intention d’”investir” 15 millions de dollars dans la réduction de la population africaine. Et que peut-on attendre de la France dont le président récemment élu est de toute évidence exaspéré par la natalité africaine?

Création d’un Discours pour les Masses

Le NSSM 200 insista aussi sur le fait que les programmes de contrôle de la population devraient toujours être présentés comme étant altruistes, c'est-à-dire que l'intérêt des personnes de couleur primait, par exemple, la défense du «droit» des individus de ne pas avoir d’enfants, ou seulement quelques-uns, des «droits» des femmes, ou pour faciliter le «développement,» puisqu'il a été dit et répété qu'une population importante entrave le «développement», l'Europe et l'Amérique étant considérées comme des exemples de réussite et des modèles à imiter.

Cette rhétorique hypocrite ne peut masquer que le racisme très fort et qui est inhérent aux programmes de réduction de la population. D'une part, tout en encourageant, sinon forçant les nations du monde entier à réduire leur population, toutes les nations européennes ont pris des mesures pour augmenter leur propre population blanche. L'Allemagne, par exemple, a créé un bureau de population spécial dont l'objectif est de faciliter la naissance de 200 000 bébés allemands supplémentaires chaque année. Quant à la Russie, elle a créé en 2006 "La Journée de la procréation" dans le but d'inverser son taux de natalité dangereusement bas. Tout couple qui parvient à produire un enfant le 12 septembre reçoit des cadeaux et des félicitations.   Lorsque l’on établit la généalogie du paradigme de contrôle de la population, cet exercice conduit automatiquement à des penseurs tels que Malthus, Darwin, Spencer et le darwinisme social, et Galton, le père de l'eugénisme. En guise d'illustration de la véritable orientation de ces penseurs européens sur les personnes de couleur, constatons que le titre complet de l'oeuvre la plus célèbre de Darwin (1809-1882), souvent abrégée en L’Origine des Espèces, était L'Origine des Espèces par Les moyens de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie. Dans ce livre, Darwin (1874: 178) a déclaré ce qui suit: «Dans une période future, pas très éloignée, mesurée par des siècles, les races civilisées de l'homme vont certainement exterminer (mon accent) et remplacer les races sauvages dans le monde entier.” Bien sûr, l'histoire prouve que Darwin se trompait, à moins que les blancs ne soient compris comme les vrais sauvages ...

En plus de la lutte contre les avortements et pour la propagation de contraceptifs, deux stratégies importantes employées par les Européens pour réduire la croissance des personnes atteintes de mélanine doivent être mentionnées. Le premier est l'emprisonnement de jeunes de couleur dans les pays dominés par les blancs, ce qui les empêche de se reproduire autant ou pas du tout. C'est le cas aux États-Unis, où pas moins de 745 000 hommes noirs sont enfermés. En France, les «musulmans» représentent 70% de la population carcérale. La deuxième stratégie est l'utilisation des armes biologiques, c'est-à-dire l'utilisation de virus et de bactéries pour tuer ou incapaciter les personnes de couleur. Des exemples de ces armes biologiques comprendraient les virus "mystérieux" du VIH, d’Ebola, de Chikungunya, et peut-être plus récemment du Zika? Les histoires de divers vaccins généreusement distribués à travers le monde et pleins d'agents stérilisants ont également fait surface. Les dernières et les plus sophistiquées armes biologiques ont maintenant pris la forme d'aliments génétiquement modifiés injectés de spermicides. En 2001, une société américaine, Epicyte, a annoncé une invention révolutionnaire: le maïs contraceptif, chargé d'anticorps anti-spermiques prélevés chez des femmes stériles. Epicyte a présenté cette invention en tant que contribution à la résolution du «problème de surpopulation» du monde, un simple euphémisme pour l'élimination des personnes de couleur.

En conclusion, nous nous rappelons l'affirmation ô combien juste de Marcus Garvey selon laquelle «La race des Noirs souffre plus que tout autre race au monde de la propagande - Propagande pour détruire nos espoirs, nos ambitions et notre confiance en nous.» Nous éduquer nous-mêmes sur les développements dans le monde, en particulier sur le plan démographique, contribuera largement à nous empêcher de tomber victimes de la propagande anti-africaine et du bluff blanc. Loin d’être sombre et désespéré, l'avenir semble très prometteur pour les Africains. En effet, malgré les nombreuses agressions continuelles et sauvages contre nous, nous sommes toujours là et nous sommes en plein essor. En outre, il existe de nombreuses preuves que les jeunes d'Afrique ne seront pas aussi crédules que leurs parents et que le vent de la Renaissance africaine a commencé à souffler sur notre continent bien-aimé. La vigilance, cependant, est indispensable, car avec le temps contre eux, les Européens deviendront de plus en plus désespérés et susceptibles de commettre de plus grands crimes contre nous.

Références:

Kemp, Arthur. (2008) 2015. The Immigration Invasion: How the Third World is Destroying the First World and What to Do to Stop it. Ostara Publications.

United Nations World Population Prospects, 2015.

http://www.un.org/en/development/desa/publications/world-population-prospects-2015-revision.html

Ama Mazama, Docteur en Linguistique (La Sorbonne Nouvelle), Professeur d’Etudes Africaines Américaines, Temple University, Per-aat

Le présent essai s'attachera à cerner les conditions dans lesquelles notre langue, le guadeloupéen, a émergé. Mon principal souci est de souligner l'apport de l'Afrique dans le guadeloupéen afin de contribuer à l'instauration d'un lien de continuité entre l'Afrique et la Guadeloupe. Ainsi que cela a été expliqué dans le chapitre précédent, une telle entreprise est nécessaire afin que nous puissions mettre un terme à nos errements et nous ancrer, de façon consciente, positive et déterminée, à la matrice culturelle africaine hors de laquelle il ne peut y avoir de salut véritable.

For most parents, sending their children to school is normal. In fact, some are even relieved not to have to take care of their children all day long, and are happy that school is starting again. Like an acquaintance of mine shared with me lately about her four children, “I had them all over me all summer long, I really need a break now!” Long live school, then!

Pour la plupart des parents, envoyer leurs enfants à l’école va de soi. En fait, certains sont même soulagés de ne plus avoir à s’occuper de leurs enfants toute la journée et se félicitent de la reprise des cours. Comme me le disait une de mes connaissances dernièrement en parlant de ses 4 enfants, “Je les ai eus dans mes pattes pendant tout l’été, j’ai vraiment besoin d’un break maintenant!” Vive l’école donc!

Monday, 01 September 2014 00:00

Spirituality

In the African cultural world, there is an active and dynamic relationship between the world of the living and the spiritual world. The two, in fact, form one world. The main distinction between them is their degree of materiality and visibility. 

There are several modes of communication between the living and the spirits. They include dreams, visions, transcendence, revelations, as well as messages via divination and intuition. 

Divination

Divination is particularly important in Africa. Indeed, it allows the living to initiate communication with the spirits. This initiative becomes necessary when, as this is bound to happen in the course of life, an individual faces an extra-ordinary situation, for which regular prayers will not suffice. Urgent and critical answers are sometimes needed. Divination is available to answer this extra-ordinary need, and Africans (even when they claim to have embraced alien faiths which prohibit divination!) have never hesitated to resort to it. Divination rests, at the same time as it reinforces it, on the belief in the reality and superiority of the spiritual world. 

Divination is a standardized process. This process varies from one society to the next, but it always follows a predetermined pattern, thanks to which otherwise inaccessible information is retrieved. The diviner’s task is extremely important, and it is therefore only after a long, difficult, and often onerous training, that one may become a diviner. Among the Yoruba, for example, priests devoted to Ifa (Orunmila), the Orishsa of divination, are the Babalawos (`fathers of secrets’), while the priestesses of Ifa are known as Iyalawos. Babalawos and Iyalawos must, among other things, learn by heart and memorize no less than 4.096 verses, the Odu Ifa, in order to master their art. At the end of their training, which may easily exceed ten years, they are tested by other Babalawos and Iyalawos who pour burning oil on the initiates’ hands. The latter must not show any sign of burn, as this is taken as evidence that the initiates are now properly protected and may start serving their community (Imasogie, 1985). Naturally enough, Babalawos and Iyalawos enjoy tremendous respect and are the only priests and priestesses allowed on specific occasions to wear certain ornaments typically reserved for royal figures (Bascom, 1984). 

Given the African predilection for divination as an epistemological mode of communication with the spirits, one may find individuals responsible for divination in almost all African communities. In Igbo land, it is the Mboni who divines; in Kongo land, it is the Nganga, while in Fond land, it is the Bonon or Bokonon. The latter works with the Fa. Fa is the messenger of Mawu-Lisa. Its role is to enlighten, guide, and control human destiny. Fa is capable of identifying the source of a problem, and to make recommendations on how to fix it.  Fa sheds light on the past, and prescribes specific actions so that one may experience peace and prosperity. In Fond land, like elsewhere in Africa, it is imperative to consult with a Bokonon before undertaking anything important. In fact, one must seek advice from the spirits, and receive their agreement. 

In Haiti, Houngans (Vodou priests) and Mambos (Vodou priestesses) are responsible for divination. 

 

Ama Mazama is a Mambo. In addition, she took the Fa in Benin.

Monday, 01 September 2014 00:00

The Mission of Afrocentricity International

Afrocentricity International supports the economic, cultural and...

Saturday, 16 August 2014 18:32

Universal Negro Improvement Association

The Universal Negro Improvement Association (UNIA) was the largest pan-African mass movement of all time. It was founded in 1914 by Marcus Mosiah Garvey (1887–1940) in Kingston, Jamaica. Garvey, a printer, journalist, and political activist, had returned from 4 years of travel in Latin America and Europe...

African people have often been made invisible by 500 years of Eurocentric oppression and suppression. Eurocentrism, for the sake of our discussion here, is defined as the interpretation of all reality from the Western perspective, especially as it emerged during the so-called European Enlightenment period.

Monday, 16 June 2014 17:13

Patricia Era Bath

Patricia Era Bath was born November 4, 1942, Harlem, New York. Patricia’s  parents, Rupert and Gladys Bath, encouraged and motivated her academically to be the best and brightest.

Page 1 of 3

Online

We have 94 guests and no members online

Login