suivre
jeudi, 27 mars 2014 17:40

AI sur Laurent Gbagbo

Écrit par

Afrocentricity International avait déclaré que le jour où Laurent Gbagbo sera traduit en justice sera un jour d'infamie pour la cour pénal internationale 

Afrocentricity International condamnait ainsi la persécution de Laurent Gbagbo, alors âgé de 66 ans, et ancien président de la Côte d’Ivoire, par la CPI à la La Haye, cour contrôlée par les occidentaux.

Gbagbo, qui fut bel et bien élu président de la Côte d’Ivoire, a été renversé par l’armée française appuyée par les Etats-Unis et les forces rebelles loyales à Allasane Ouattara, qui assure maintenant les fonctions de président du fait de la volonté internationale occidentale. Gbagbo, quant à lui, est emprisonné dans un camp de détention à La Haye depuis l’année dernière. 

La Cour Pénale Internationale accuse Gbagbo d’avoir commis des crimes contre l’humanité, y compris des meurtres et des viols, crimes qu’il n’a jamais commis lui-même et qu’il n’a jamais ordonné à d’autres de commettre.  Nous sommes convaincus que les Ivoiriens ont été maltraités au cours des conflits qui se sont développés à cause de la tentative de renversement du système gouvernemental légitime de la Côte d’Ivoire. Nous sommes également convaincus que les intérêts commerciaux et financiers de la France, tels que les promouvait l’ancien président français, Nicolas Sarkozy, ont renforcé les forces du nord et créé un chaos  qui a forcé Gbagbo et l’armée ivoirienne à chercher à stabiliser le pays à un moment où il subissait une pression militaire extérieure intense, y compris le largage de bombes, des attaques par missiles, la destruction de matériel militaire, et la terreur des citoyens qui soutenaient le gouvernement. Les mains des occidentaux sont loin d’être propres dans cette affaire. Toute tentative de salir Gbagbo sans prendre en considération la nécessite légitime dans laquelle un gouvernement en place s’est trouvé de se défendre contre les assauts organisés contre lui, apportera la preuve de la mauvaise foi et des mauvaises intentions de la CPI.

Les 3000 personnes qui ont été tuées et les centaines de milliers d’autres qui ont été déplacées pendant le conflit n’ont pas souffert à cause d’actions arbitraires ordonnées par Laurent Gbagbo. Les quatre mois de conflit ont bel et bien été causés par l’ingérence étrangère dans les affaires de la Côte d’Ivoire. L’élection de Gbagbo fut contestée par ceux qui soutenaient Alassane Ouattara en dépit du constat de nombreuses irrégularités dans le nord.  Les Rebelles du nord, qui n’avaient jamais voulu se soumettre à l’autorité de Gbagbo, profitèrent de cette situation pour déstabiliser le gouvernement. La réponse de Gbagbo à ce défi fut semblable à la réponse de tout autre gouvernement qui se trouverait dans une situation similaire et qui chercherait à ramener la stabilité dans le pays afin de pouvoir participer à un dialogue rationnel sur la façon de procéder pour sortir de la crise.  Mais la France, Ouattara, et les Rebelles ne pouvaient tolérer cela. 

Gbagbo demeure un puissant symbole de l’unité et de l’indépendance ivoirienne, et il n’y a rien que cette cour puisse faire pour diminuer ce symbole. Cette action de la CPI n’est rien d’autre qu’une autre tentative de déstabilisation et de destruction de l’indépendance africaine. 

Aucun ancien président d’un pays européen n’a jamais été traîné devant la CPI, et pourtant nous savons bien que les mains des présidents européens et américains sont couvertes du sang des milliers de civils morts en Lybie, en Iraq, en Afghanistan, au Yemen, et en Côte d’Ivoire. 

L’Afrocentricity International, une organisation Pan-Africaine, déclare catégoriquement que la comparution de Gbagbo devant la CPI est une chasse aux sorcières orchestrée contre un leader Pan-Africain. Comme d’autres leaders, Gbagbo n’était peut-être par parfait, mais aucune de ses actions ne justifie qu’il ait à être jugé par la CPI. Si ce procès a lieu, la Côte d’Ivoire en sortira encore plus divisée, et la CPI en sera davantage incriminée par les Africains. Comment se peut-il qu’un homme, Laurent Gbagbo, puisse être considéré responsable de crimes, mais pas Ouattara ou ceux qui se sont battus pour l’installer à la présidence de la Côte d’Ivoire? Afrocentricity International appelle à la libération immédiate du Président Gbagbo et de sa famille!

 

Lu 9062 fois Dernière modification le jeudi, 27 mars 2014 18:01

Évènements

24
Mai
2018
AI 7TH ANNUAL CONVENTION

24 mai 2018 00:00 - 05 juin 2018 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)

TBA





25
Mai
2017
Convention Annuelle d'AI

25 mai 2017 00:00 - 05 juin 2017 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)





Online

Nous avons 1469 invités et aucun membre en ligne

Login