suivre
samedi, 16 août 2014 00:00

Falsification de l'histoire dans les manuels scolaires

Écrit par
LE ROI NAMER LE ROI NAMER

La fabrique de la falsification de l'histoire dans les manuels scolaires africains ; Le cas de la Côte d'Ivoire

INTRODUCTION

Pendant longtemps, l’histoire africaine était un discours idéologique justificatif de la domination politique, économique et militaire européenne.

 

C’était la tâche de l’enseignement colonial de véhiculer cette vision européenne de l’histoire de l’Afrique. 

Mais entre 1946 et 1954, Cheikh Anta Diop va opérer « la rupture épistémologique et  philosophique »1 et restituer à l'Afrique et à l’humanité leur véritable histoire. 

Son audace devient le fondement de l’historiographie africaine contemporaine.

Mais depuis a-t- on jamais fait le bilan de la nouvelle écriture de l’histoire dans l’enseignement ?

Aussi cette étude tente – elle de répondre aux questions suivantes :

Qui écrit notre histoire ? Dans quel but déclaré ? Quel est la matière historique abordée ? Le discours historique est- il un discours scientifique ? L’histoire est-elle écrite dans une perspective afrocentrique 2 ? Quel pourrait être l’impact de cet enseignement sur la société ? Quelles seraient les mesures correctrices à prendre ? 

L’étude cible les manuels scolaires d’histoire des classes des collèges de la Côte d’Ivoire édités par le groupe Hatier International 3 et qui sont utilisés à titre exclusif par l’Education Nationale. Ces livres sont toujours en vigueur, depuis 16 ans pour les plus anciens d’entre eux.

L’étude se limite aux périodes de la préhistoire et de l’histoire ancienne. La période choisie est décisive car elle présente l’intérêt d’évaluer la place accordée à l’Afrique dans la genèse de l’humanité et le rôle inaugural que ce continent a joué dans l’élaboration de la civilisation.

Ainsi le plan de l’étude se présente en trois parties : 

- La première partie examine les questions ; qui écrit l’histoire ? et pourquoi ?

- La deuxième partie relative à la critique historique présente chronologiquement les faits et les faits passés sous silence tout en évaluant leur impact sur le discours.

- La troisième partie dégage de ce qui précède les principes directeurs qui guident cette écriture de l’histoire.

Tout au long de cette « enquête », il y a l’intention avouée de « traquer », de démanteler, de « déconstruire » la falsification dans l’histoire. Le but est de veiller à la transmission de la vérité historique aux jeunes générations pour que soit préservé le patrimoine intellectuel de l’humanité.


 1 Obenga Théophile, Cheikh Anta Diop, Volney et le sphinx ; Contribution de Cheikh Anta Diop à l'historiographie mondiale, Paris, Khepera, Présence Africaine, 1996, page 27 à 32.

  2 Molefe Kete Asante, l’afrocentricité, traduction Ama Mazama, Paris, Editions Menaibuc, 2003, page 18.

  3 Une équipe d’enseignants africains, Histoire Géographie, 6ème, Paris, CEDA/ Hatier international, 2001. Sophie Lecallennec (coordination), une équipe d’enseignants africains, Histoire Géographie, 5ème, Paris, CEDA/ Hatier international, 1998. Une équipe d’enseignants africains, Histoire 

 

1 - LES AUTEURS ET LEURS MOTIVATIONS AVOUÉES

Le chercheur français Henri – Irénée Marrou  qui a réfléchi à la question de la subjectivité et de l’honnêteté de l’historien recommande ceci : « Que l’historien se présente lui-même, définisse sa propre orientation de pensée, explicite ses postulats »4 .

Or les manuels qui font l’objet de notre étude, sont signés « par une équipe d’enseignants africains ». Qui sont ces enseignants anonymes ? Nous n’avons aucune information sur leur identité, encore moins sur leurs compétences. Le volet histoire de chaque manuel est réalisé sous la « coordination » de Sophie le Callennec. Or Sophie le Callennec n’est pas africaine. Elle est française et par ailleurs elle est l’auteure de manuels d’histoire actuellement en usage dans l’enseignement français pour le même groupe d’édition français, Hatier.

A ce propos voici la position de l’historien Joseph Ki – Zerbo. : 

«… la confection des manuels d’histoire de l’Afrique à l’usage des jeunes citoyens africains, doit incomber avant tout à des historiens africains ! Ceux – ci ont vocation pour éduquer leurs concitoyens » 6  

Aussi nous sommes autorisés à penser que par le biais d’une société d’édition privée et d’une historienne française, l’ancienne puissance coloniale contrôle la production de l’histoire scolaire en Côte d’Ivoire.

La suspicion est d’autant plus grande que les auteurs manquent à leur devoir en taisant leur « intention historique ». Ils ne définissent pas leur « orientation de pensée » et « n’explicitent pas leurs postulats ». On ne sait pas le but qu’ils recherchent. Or ceci est une faiblesse pédagogique, méthodologique et éthique impardonnable. Pourquoi taire l’« intention historique » ? Que veut – on cacher ? Pourquoi ? Mais n’allons pas trop vite en besogne, restons comme nous le recommande Cheick Anta Diop sur la voie sûre de la science. Examinons au préalable le contenu du discours.


 Géographie, 4ème, Paris, CEDA/ Hatier international, 2002. Une équipe d’enseignants africains Histoire Géographie, 3ème, Paris, CEDA/ Hatier international, 1999.

 4 Henri – Irénée Marrou cité par Obenga Théophile, Cheikh Anta Diop, Volney et le sphinx ; Contribution de Cheikh Anta Diop à l'historiographie mondiale, Paris, Khepera, Présence Africaine, 1996

5 Les manuels sont des manuels d’histoire et géographie.

6 Joseph Ki-Zerbo, Histoire de l'Afrique noire d'hier à aujourd'hui, Paris Hatier, 1978, page 29


 

2 – LA CRITIQUE DES FAITS

21 - La préhistoire et le paléolithique

1) L’Afrique est le berceau de l’humanité. La chaine complète de l’évolution humaine se trouve en Afrique. L’espèce humaine a une origine commune venue de l’Afrique de l’Est tant au niveau de l’homo erectus, du Néandertalien, et de l’homo sapiens sapiens.

Ce processus évolutif et adaptatif de l’homme à partir de la terre d’Afrique est pratiquement ignoré dans les manuels. Aussi le mode de vie des envahisseurs homo sapiens africains en Europe et en Asie est tu. Les auteurs africains de l’art aurignacien aux magnifiques sculptures ne sont pas connus.

2) La naissance de l’homme moderne en Afrique y est encore considérée sous forme très hypothétique.

Or l’apparition de l’homo sapiens sapiens ou homme moderne en Afrique est un fait vérifiable depuis la découverte en 1967 par le paléontologue Louis Leakey de deux crânes fossiles Omo 1 et Omo 2. La nouvelle datation faite en 2006 donne 195 000 ans (plus ou moins 5 000 ans) avant l’ère chrétienne. 

3) Le paléolithique et l’art sont nés en Afrique et non en Europe comme le laisse entendre les auteurs.

Les dernières découvertes faites en 1991 par C.S. Henshilwood à partir des pierres gravées et des coquillages ayant servi de bracelets et de colliers trouvés dans la grotte Blombos en RSA montrent que l’art graphique et la pensée symbolique sont apparus depuis bien longtemps en Afrique, vers 77 000 ans avant l’ère chrétienne. Alors qu’en Europe les auteurs confirment 35 000 ans avant l’ère chrétienne.

22 - La préhistoire et le néolithique

4) Le néolithique apparait très tôt en Afrique dans les sociétés pratiquant le mode de vie sur la base de graminées sauvages.

Deux inventions au moins du néolithique africain sont incontestablement les plus anciennes du monde : la céramique et l’élevage. Ces réalisations sont ignorées des manuels. Tout au contraire, les auteurs affirment que c’est l’Asie occidentale qui a vécu les premières transformations 7.

L’élevage. Les études d'A. Close et F. Windorf en 1990 attestent de la domestication des bovins dans le courant du 9 è millénaire avant l’ère chrétienne en Basse-Nubie (sites de Nabta Playa et de Kir Kiseiba), soit plus de 1000 ans avant la Grèce ou le Proche – Orient. 

La céramique. Son ancienneté en Afrique est scientifiquement attestée par l’historiographie contrairement à ce que disent les auteurs de manuels 9 Il y a la céramique trouvée dans la grotte de Gamble (Elmenteira, à l'est du lac Victoria Nyanza) datée du 7 è millénaire avant l’ère chrétienne 10. Il y a celle du Sahara au sujet de laquelle J. Desange affirme que : «De l’Ennidi au Hoggar, les débuts de la céramique peuvent être fixés au 8ème millénaire.  11».

L’archéologue Eric Huysecom, auteur d’une théorie sur l’existence d’un néolithique africain, révèle que les tessons de céramiques découverts à Ounjougou, au Mali, en 2003 ont été datés du XI millénaire avant l’ère chrétienne 12, soit 2000 ans avant l’apparition de la céramique au Proche-Orient.

L’agriculture. La date de son invention est plus ancienne en Afrique que ne le prétendent les manuels : 8 ème millénaire avant l’ère chrétienne en Haute – Egypte et environ 1000 ans plus tard dans le Sahara central selon A. Close 13 alors que les manuels n’indiquent pas plus de 3000 ans avant l’ère chrétienne. Par ailleurs, les manuels ne mentionnent pas qu’il existait une pré-agriculture très ancienne. Selon F. Wendorf et R. Schild l’orge était connue en Haute Egypte depuis et y faisait l’objet d’une pré - agriculture vers 12 000/10 000 avant l’ère chrétienne 14

La sédentarisation. Les auteurs passent sous silence la fondation d’une ville sur le site de Nabta playa en Basse Nubie dès le 8 è millénaire avant l’ère chrétienne.

Au total c’est à tort que les manuels enseignent que la « révolution du néolithique » a eu lieu en Asie Occidentale 15    

5) Le plus ancien site d’observation astronomique est attesté à Nabta Playa autour de 4800 avant l’ère chrétienne. Ceci est ignoré par les manuels. 

A l’inverse, le site mégalithique de Stonehenge (Wiltshire en Angleterre) daté entre 3000 et 1500 est mis en valeur par une photographie dans la leçon « les civilisations du néolithique » 16

6) L’origine de la civilisation égyptienne n’est ni européenne ni asiatique. Elle est Nubienne. Ce fait est passé sous silence dans les manuels.

En 1963-1964, Les fouilles menées par Keith Seele au cimetière de Qostul en Nubie mettent en évidence l’appartenance de ce cimetière au « groupe A », c'est-à-dire à une culture nubienne du prédynastique récent. (3500 – 3050).

En 1978, Bruce Williams, qui travaillait sur les objets trouvés dans ce cimetière, attire l’attention sur les motifs gravés sur un encensoir cylindrique. Le chercheur y reconnait les symboles de la royauté nubienne avec tous les futurs attributs essentiels de la monarchie égyptienne (couronne blanche de la haute Egypte, le Dieu faucon Horus, la façade d’un palais rappelant celle du domaine funéraire de Djoser) et des signes hiéroglyphiques annonçant l’écriture. 

L’archéologue Fred Windorf a mis à jour une ville préhistorique dans la région de Nabta à l’Ouest de Abou Simbel 17 (Basse – Nubie) ; c’est la plus vieille ville mise à jour dans le monde à ce jour. Ses débuts datent du 8ème millénaire avant l’ère chrétienne. Cette découverte démontre que la Basse Nubie fut le berceau de la civilisation. 

7) L’antériorité de la civilisation égyptienne sur celle d’Asie ne faisait aucun doute pour tous les anciens grecs comme Homère, Hérodote, Diodore de Sicile.

C’est l’Egypte qui apporte les éléments de la civilisation au monde méditerranéen dès le XVI è siècle avant l’ère chrétienne 18.

En effet c’est sous Thoutmès III en particulier que l’Egypte a conquis toute la Méditerranée orientale (Crète, Chypre, les Cyclades..) et toute l’Asie Occidentale (Khati, pays des hittites, le Mitanni, l’Amourrou, Kadhesh, la Syrie, le pays d’Akkad, la Babylonie). Au total 110 états étrangers furent intégrés à l’empire égyptien 19.

La civilisation n’est donc pas née en Asie comme l’affirme sans grande conviction les auteurs des manuels 20 : 

8) L’antériorité historique et culturelle de la Haute – Egypte sur la Basse – Egypte. Cette thèse défendue en 1954 par Cheikh Anta Diop, sur la base des dépositions des anciens grecs comme le témoignage oculaire d’Hérodote 21, sera confirmée par de nombreuses découvertes ultérieures dont celle de Jacques Labeyrie 22 (CEA/CNRSD) en 1985 qui utilise la science physico-chimiste.

Ce dernier prouve ainsi que le delta émerge seulement à partir de 3500 ans avant l’ère chrétienne 23

9) Il est aujourd’hui établi que la Nubie est la matrice de l’Afrique. C’est le point de départ des premières migrations pour peupler l’Afrique et le monde. C’est aussi le foyer culturel de l’Afrique. Or  la Nubie antique (prédynastique, Kerma, Koush, Napata, Méroé) est totalement absente des manuels.

Les fouilles de C. Bonnet montrent que la civilisation de Kerma ignorée par les manuels s’est étendue de 2500 à 1500 années avant l’ère chrétienne 24.

10) Les anciens égyptiens sont africains et nègres. 

A la célèbre conférence de l’UNESCO au Caire en 1974, deux « géants intellectuels africains » C.A. Diop et T. Obenga en s’appuyant sur la  science, la linguistique, l'anthropologie, et l'histoire ont démontré que les Anciens Égyptiens étaient des Noirs. Ils ont fait usage d'un test relatif à la mélanine sur la peau d'une momie, aux peintures murales des tombes, à la comparaison avec les autres langues africaines, ainsi qu'aux témoignages des Anciens 25.

Or les auteurs des manuels ont détaché l’Egypte de l’Afrique. Ils n’enseignent pas aux enfants d’Afrique que la civilisation égyptienne a été l’œuvre de leurs ancêtres. Nous sommes ici au cœur du projet occidental de falsification ; c’est le « crime contre l’humanité » que C.A. Diop évoque. 


  7 Une équipe d’enseignants africains, Histoire Géographie, 6ème, Paris, CEDA/ Hatier international, 2001, p 26.

  8 F. Wendorf, A. Close, A. Gautier et R. Schild, Les débuts du pastoralisme en Egypte, La Recherche vol. 21 n°220, avril 1990 pp. 436-446.

  9 Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier internatidinational, 2001. Page 26.

  10 J.E.G. Sutton, Chapitre 19,  Préhistoire de l'Afrique orientale,  Histoire générale de l'Afrique, vol. 1, Paris, Jeune – Afrique/Unesco, 1980, Page 489 - 524.

  11 J. Desanges, Chapitre 17,  Les protoberbères », Histoire Générale de l’Afrique, vol 2, Jeune Afrique/Unesco, Paris, 1980, pages 455.

  12 Éric Huysecom, Un néolithique "très" ancien en Afrique de l'Ouest, Dossier Pour la Science n° 76, Juillet-septembre 2012. Le chercheur écrit « Or à Ounjougou, au Mali, en 2003, nous avons découvert des fragments de céramiques dans une strate du début de l'Holocène, la période couvrant les 12 derniers millénaires. Notre étonnement a encore grandi lorsqu'à l'issue des campagnes de fouilles menées entre 2004 et 2006, nous avons obtenu pour ces tessons des datations nous renvoyant plus de 11 500 ans en arrière, soit plus de 2 000 ans avant l'apparition de la céramique au Proche-Orient et plus de 500 ans avant les plus anciens témoins du Sahara et de la vallée du Nil »

  13 A. close, Journal of African history, 1984, vol. 25, page 4.

 14  Louise – Marie Diop Maes, apport des datations physico – chimiques à la connaissance du passé africain, Ankh 1999/2000, N°8 :9, pages 144-169.

  15 Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e, Paris, CEDA, Groupe Hatier internatidinational, 2001. Page 26.

  16 Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier internatidinational, 2001. Page 29.

  17 Louise Marie Diop-Maes, Afrique Noire Démographie, sol et histoire, Paris, Présence Africaine/Kehepera, 1996, page 21.

  18 « C’est donc la XVIIIè dynastie égyptienne qui par la colonisation et l’introduction de l’écriture, a sorti de la Protohistoire, la Crète, Chypre, la Grèce continentale ou mycéenne, l’Asie mineure ». Diop Cheick Anta, Civilisation ou barbarie ; anthropologie sans complaisance. Paris, Présence Africaine, 1981, p 128.

 19 Ibidem, p. 110 et 119.

20 «  les villes les plus anciennes ont été retrouvé en Asie Occidentale » Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier internatidinational, 2001. Page 28.

  21 «…toute l’Egypte sauf le nome thébaïque était un marécage, et que rien n’émergeait alors des parties du pays existant maintenant au-dessous (plus au nord) du lac de Moeris…il est évident…que la région de l’Egypte où les Grecs se rendent en bateau est une terre qui s’ajouta au pays des Egyptiens, un présent du fleuve..»Hérodote, Histoires, Livre II, 4-5, Paris, Société d’édition les belles lettres, 1936, page 68 -69

  22 Jacques Labeyrie, l’homme et le climat, Paris, 1985.

  23 Obenga Théophile, Cheikh Anta Diop, Volney et le sphinx ; Contribution de Cheikh Anta Diop à l'historiographie mondiale, Paris, Khepera, Présence Africaine, 1996.

 24 Louise Marie Maes-Diop, Enseignement de la préhistoire : des rectifications qui s’imposent, ANKH, Revue d’Egyptologie et des civilisations Africaines, N°16 Année 2007. Page 233 à 237.

  25 Molefe Kete Asante, L'Origine Africaine de la Philosophie : Mythe ou Réalité ? Vu sur le site de Afrocentricity le 11/07/201 ; http://www.dyabukam.com/index.php/fr/savoir.


 

23 - L'histoire ancienne

11) L’invention du calendrier. Le plus vieux calendrier du monde est attesté dès 4236 av l’ère chrétienne en Egypte.

Les égyptiens vont aussi introduire pour la première fois dans l’histoire de l’humanité la notion d’ère avec la chronologie absolue. Ils vont utiliser le nombre de levers héliaques de Sirius pour servir de repère et d’échelle de chronologie absolue.

Les manuels ignorent ce fait et ne font point allusion aux anciens calendriers africains dont les vestiges persistent encore dans de nombreuses traditions alors même qu’ils évoquent les calendriers chrétiens et musulmans.

12) L’invention de l’écriture. L’Afrique est le berceau de l’écriture. En 1992, l’égyptologue allemand, G. Dreyer, découvre que l’écriture 

hiéroglyphique ancienne, gravée sur environ 200 « étiquettes » en ivoire trouvées à Abydos remonte au-delà de 3250 avant l’ère chrétienne, vers 3400. C’est la plus ancienne date attestée pour l’écriture dans le monde.

Or les auteurs en se contentant d’affirmer que « la civilisation égyptienne fut l’une des premières à utiliser une écriture 26»  ne rendent pas totalement justice aux anciens égyptiens qui sont les premiers à titre exclusif à utiliser l’écriture. 

13) La naissance de l’Etat. L’Etat pharaonique est le premier Etat actuellement connu  selon l’égyptologue Bernadette Menu 27

Sa naissance se situe au passage de la dynastie 0 à la 1ère dynastie, c'est-à-dire aux alentours de 3200 – 3100 avant l’ère chrétienne. C’est la monarchie absolue et sacrée instaurée par le Per aa Namer qui succède à la Fédération dirigée par un souverain unique 28.

Depuis l’antiquité, l’Etat pharaonique est un modèle pour l’humanité. Il convient aussi d’insister sur le fait que l’Etat égyptien est un Etat au sens moderne du terme ; bureaucratie, centralisation de l’Etat, modèle impérialiste, étendue du territoire, efficacité du système idéologique, égalité des droits des femmes et des hommes, droit public , monnaie, armée nationale, diplomatie, grands travaux, système éducationnel et juridique fondée sur la Maât.

Ce fait important est passé sous silence.

14) La religion dans l’antiquité

Atoum (le créateur), Amon (l’invisible), Ptah (le forgeron), Aton (lumineux), Ra (le soleil), le concept de Dieu est attesté pour la première fois en Afrique vers 2800 ans 29 avant l’ère chrétienne.

Il apparaît d’emblée en tant que « dieu » unique, créateur du ciel, de la terre et des hommes. Le monothéisme est né en Afrique et non en Asie (hébreux) comme le laisse entrevoir les manuels. 

La première écriture de l’humanité est sacrée. Elle s’appelle les Mdw Ntr (Paroles de Dieu) traduit « hiéroglyphes » par les grecs. Elle contient tous les premiers concepts religieux qu’on retrouvera plus tard dans les textes sacrés ultérieurs (la Thora, la Bible et le Coran) ; monothéisme, sauveur, paradis, enfer, jugement dernier, fils de dieu, commandements, prophète, immaculée conception, symbolisme des chiffres, etc. 

En particulier les anciens égyptiens sont les premiers à avoir créé l’idée de survie de l’âme des défunts au moins dès 3300 avant l’ère chrétienne 30.

C’est à Kemet également qu’on a découvert le plus ancien code moral de l’humanité – la Maat -  qui date de 2 300 avant l’ère chrétienne 31.

Tout ceci n’est pas enseigné dans nos écoles. Et pourtant cette spiritualité est la source des valeurs morales et éthiques, du droit, des rapports sociaux et économiques que partagent encore toute l’Afrique négro-africaine. 

Or c’est surtout ici que trouve sens cette importante remarque de Henri – Irénée Marrou : « Je continue à penser qu’une fonction essentielle de l’histoire est la récupération des valeurs du passé au profit de la culture vivante aujourd’hui »32 .

15) Utilisation des métaux en Afrique

La métallurgie du fer en Afrique est non seulement autochtone mais semble être la plus ancienne du monde ; elle est attestée à une époque où ce métal était encore inconnu en Europe Occidentale.

La datation du fer dans le massif de Termit (entre le lac Tchad et le massif de l’Air) donne 1500 ans avant l’ère chrétienne. Celle de Egaro au Niger (ouest de Termit) donne 2500 avant l’ère chrétienne 33

Ceci n’est pas enseigné dans les manuels. 

16) L’invention de la monnaie

La fonction de l’unité de compte à Kemet est attestée dans les documents comptables qui nous sont parvenus. Les unités utilisées sont des contreparties comptables établissant des valeurs entre les biens 34. Dès l’Ancien Empire Egyptien, les Africains anciens ont élaboré le premier étalon monétaire de l’histoire humaine, à savoir le « Shâty ». 

Or les auteurs nient l’existence en Egypte de la monnaie en la réduisant à des échanges basés sur le troc 35.

17) Les sciences et la philosophie

Les auteurs passent pratiquement sous silence les réalisations scientifiques et philosophiques des africains de la vallée du Nil 36.

Pourtant les plus anciens documents écrits, découverts jusqu’à nos jours, relatifs aux sciences, à la philosophie, à la théologie, à la religion, proviennent, pour la plupart, de la vallée du Nil 37.  

Dans le papyrus de Moscou qui date de la XI ème dynastie, les africains y ont établi 2000 ans avant l’ère chrétienne, la formule rigoureuse de la surface d'une demi-sphère et ont calculé le volume de la pyramide tronquée, la longueur de la circonférence du cylindre et la surface du rectangle.

Le papyrus de Rhind est un traité mathématique de Ahmose (Ahmes) qui est lui–même une duplication de résultats encore plus anciens remontant au Moyen - Empire (vers -2000). Il contient 87  problèmes résolus d'arithmétique, d'algèbre, de géométrie et d'arpentage.

Au niveau philosophique, les auteurs font également l’impasse sur l’existence des systèmes de pensée et de la philosophie dans l’Egypte antique.

Or de nombreuses études sont disponibles ; Il s’agit notamment des travaux de Cheikh Anta Diop38, Mubabinge Bilolo39 , Théophile Obenga40,41  et Grégoire Biyogo42   

La philosophie a commencé à Thèbe au 3ème millénaire avant notre ère, avec la philosophie des mystères. Alors que le commencement de la philosophie grecque est daté des premiers penseurs de l’Asie mineure, notamment au VII è siècle avant notre ère 43.

Les écoles thébaine, memphite, héliopolitainne, Amarnienne et Saite sont toutes des écoles philosophiques avec l’identification des leurs concepts et de leurs grands prêtes.

18) Le rayonnement intellectuel de l’Egypte. Dès la haute antiquité, la civilisation égyptienne impliquait pour les grecs « une grande avance intellectuelle, littéraire, artistique », du pays de la vallée du Nil.

Planton rapporte un « imaginaire collectif » devenu une tradition acceptée, à savoir que c’est le dieu égyptien Djehouty (Thot) qui inventa les arts, les sciences, la géométrie, l’astronomie, les lois, l’écriture. 

Des générations de futurs savants grecs ont été dans la vallée du Nil pour apprendre et recevoir une éducation auprès des prêtes et savants de l’Egypte antique.


  26 Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier international, 2001, page 62 

  27 Bernadette Menu, Egypte pharaonique, nouvelle recherche sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Egypte, l’Harmattan, 2013, page 17.

  28 Ibidem, page 20.

  29 Extrait du papyrus Brenner Rhind. « …Ainsi parla le Seigneur de l’univers…Je fis ce que je fis en étant seul, avant qu’aucun autre être que moi ne vint à exister »

   30 D’après Jacques Pirenne dans « âme et vie d’outre – tombe chez les égyptiens de l’ancien Empire ». Cité par Obenga. Obenga Théophile, Cheikh Anta Diop, Volney et le sphinx ; Contribution de Cheikh Anta Diop à l'historiographie mondiale, Paris, Khepera, Présence Africaine, 1996. Page 245.

  31 Théophile Obenga, la philosophie africaine de la période pharaonique 2780 – 330 avant l’ère chrétienne, Paris, l’harmattan, 1990, page 169-185.

  32 Henri-Irénée Marrou, de la connaissance historique, Paris, Edition du Seuil, 1954, page 303.

   33 G. Quéchon et al, journal des africanistes, 62,2 1992, pp55-68

  34 Un attendu de jugement datant d’environ 2600 ans avant l’ère chrétienne atteste de l’existence d’un étalon monétaire dès l’Ancien Empire.

  35 Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier international, 2001, page. 54.

  36 En effet on lit dans la leçon 39, intitulée l’art et la pensée dans la Grèce antique : « d’importantes découvertes ont été faites par les Grecs comme Pythagore et Archimède, qui posèrent les fondements de la géométrie et des Sciences physiques…». Une équipe d’enseignants africains, Histoire géographie, 6 e. Paris, CEDA, Groupe Hatier international, 2001

  37 Mubabinge Bilolo, Les cosmo-théologies philosophiques de l’Egypte antique ; problématiques-prémisses herméneutiques et problèmes majeurs, PUA/Editions Menaibuc, Paris, 1986,  Préface, page V.

  38 Diop, Cheick Anta, Civilisation ou barbarie ; anthropologie sans complaisance, Paris, Présence Africaine, 1981.

  39 Mubabinge Bilolo, Les cosmo-théologies philosophiques de l’Egypte antique ; problématiques-prémisses herméneutiques et problèmes majeurs, PUA/Editions Menaibuc, Paris, 1986.

  40 Théophile Obenga, « La philosophie africaine de la période pharaonique -2780-330 avant notre ère », l’harmattan, 1990, Paris.

  41 Théophile Obenga,  l’Egypte, la Grèce et l’Ecole d’Alexandrie; histoire interculturelle dans l’antiquité ; aux sources égyptiennes de la philosophie grecque, Paris, Khepera/L’Harmattan, 2005.

  42 Grégoire Biyogo, histoire de la philosophie africaine, Livre 1, le berceau égyptien de la philosophie, Paris, L’Harmattan, 2006.

  43 Ibidem, p. 81.


 

 3 – LE PRINCIPE DE BASE DE LA PENSÉE DES AUTEURS

La critique historique des manuels nous permet maintenant de dégager clairement les principes de base sur lesquels repose « le discours » des auteurs.

31 - La négation du paradigme « civilisationnel » africain

Dans les années 1940, Cheikh Anta Diop crée et définit le concept de paradigme « civilisationnel africain » ; 

« Les nouvelles humanités africaines devront reposer sur les fondements de la culture égypto-nubienne, de même que les humanités occidentales s’appuient sur la culture gréco-romaine antique. Sans référence systématique à l’Egypte dans tous les domaines de la culture, il ne sera pas possible de bâtir un corps de sciences humaines : le spécialiste africain qui veut faire œuvre scientifique n’a pas le choix, il ne peut pas se contenter de flirter avec les faits culturels égyptiens »44 .

Or l’analyse des manuels d’histoire examinés dans cette étude montre que les auteurs ne prennent pas à leur compte l’héritage des humanités classiques africaines.

Tout au contraire, les auteurs s’emploient à couper l’Egypte ancienne du reste du monde africain pour la rattacher à l’Orient. 

32 - Le temps historique et l’unité culturelle niés à l’Afrique.

L’histoire africaine qui se donne à voir dans ces manuels nie l’unité historique et culturelle du continent. Et pourtant les travaux de Cheikh Anta Diop et Théophile Obenga ont définitivement réglé la question. 

En effet, « L’œuvre de Cheikh Anta Diop a introduit le temps historique et l’unité culturelle dans les études africaines, sortant l’Afrique du carcan anhistorique et ethnographique dans lequel les historiens africanistes traditionnels l’avaient enfermée »45  .

En 1993, Théophile Obenga, dans un livre fondateur de la linguistique historique africaine 46,   établit l’unité culturelle Negro –Africaine sur la base de la linguistique historique.

L’aspiration de tous les états africains et des africains du continent et de la diaspora est de construire une fédération politique panafricaine. 

Mais comment construire un avenir commun, si l’enseignement de l’histoire dissimule et minorise le destin commun qui lie tous les africains depuis la naissance de l’humanité ?

33 - La question de la périodisation de l’histoire 

Les auteurs appliquent le concept de Moyen Age à l’Afrique 47

Or tous les historiens africains s’accordent à dire que la période du Moyen - Age en Europe correspond en Afrique à la période de l’âge d’or impérial.

En ce qui concerne la période correspondante à l’antiquité européenne, les auteurs reprennent pour leur compte l’opinion de l’historien français Raymond Mauny qui parle pour la période en Afrique de siècles obscurs au prétexte que l’on connaît imparfaitement l’histoire du continent de cette époque 48. C’est l’expression Afrique ancienne qui est couramment retenue pour désigner cette période correspondant à l’antiquité en Europe. 

34 - Les postulats philosophiques et anthropologiques

La théorie philosophique de Hegel qui exclut l’Afrique de l’histoire 49 et la théorie anthropologique de Gobineau 50 qui classe la race « nègre » au bas de la hiérarchie des races humaines vont impliquer pour l’occident savant que l'Afrique ne peut pas constituer "un champ historique intelligible " 51 

Manifestement ces théories constituent le fondement de la pensée des auteurs des manuels. Car en définitif pour ces manuels l’Afrique n’a apporté aucune contribution à la civilisation. 

CONCLUSION

L’examen rigoureux des textes et illustrations des manuels d’histoire des classes de la sixième à la troisième édités par la maison française Hatier montre que ; 

1) L’histoire est écrite sous le contrôle de l’ancienne puissance coloniale ; la France.

2) La préhistoire et l’histoire ancienne continuent d’être enseignées de façon erronée. La non - prise en compte d’importantes découvertes et connaissances fondamentales nie à l’Afrique la place qui lui revient dans la formation de l’humanité et le rôle qu’elle a joué dans l’élaboration de la civilisation.

Or la falsification historique ne favorise pas la conscience historique. Elle est génératrice de complexe d’infériorité pour les africains et de supériorité pour les occidentaux. Elle compromet l’avenir de notre société.

Au-delà de la discipline « histoire », ce qui est en cause ici même c’est la mise sous tutelle étrangère du système éducatif ivoirien dans son ensemble.

Les africains qui sont conscients des intérêts en jeux devraient s’organiser collectivement pour protéger l’héritage culturel africain. Il y va de l’avènement de la renaissance africaine.

Traoré Adama

 


 44 Cheick Anta Diop, Antiquité Africaine par l’image, Paris, Présence Africaine, 1967. Page 12.

 45 Théophile Obenga, Cheikh Anta Diop, Volney et le Sphinx ; contribution de Cheikh Anta Diop à l’historiographie mondiale, Paris, Présence Africaine/Khepera, 1996, p.417

  46 Théophile Obenga, Origine commune de l’Egyptien ancien du copte et des langues Negro – Africaines modernes; introduction à la linguistique historique africaine, Paris, l’Harmattan, 1993.

  47 Voir par exemple la table des matières du manuel de cinquième.

  48 Pour ces auteurs, la période des siècles obscurs couvre la préhistoire et la première partie de l’histoire (de 3500 av J-C à 600 après J-C).

  49 Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831)."L'Afrique est un monde anhistorique non développé, entièrement prisonnier de l'esprit naturel et dont la place se trouve encore au seuil de l'histoire de l'universel ». 

  50 Comte de Gobineau (1816-1882). « C’est là ce que nous apprend l’histoire. Elle nous montre que toute civilisation découle de la race blanche, qu’aucune ne peut exister sans le concours de cette race.»

51 La « race » noire est « la plus humble et gît au bas de l’échelle. Le caractère d’animalité empreint dans la forme de son bassin lui impose sa destinée, dès l’instant de la conception» dans « Essai sur l’inégalité des races humaines », 1855

  52 Comme le soutenait l'historien britannique Arnold Toynbee

 

 

 

 

 

Lu 14562 fois Dernière modification le jeudi, 02 juillet 2015 21:39
Plus dans cette catégorie : « La Dislocation Africaine QUI SOMMES-NOUS ? »

Évènements

24
Mai
2018
AI 7TH ANNUAL CONVENTION

24 mai 2018 00:00 - 05 juin 2018 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)

TBA





25
Mai
2017
Convention Annuelle d'AI

25 mai 2017 00:00 - 05 juin 2017 06:00

(Enregistrer dans le calendrier)





Online

Nous avons 560 invités et aucun membre en ligne

Login